Follow us on Linkedin
Print Friendly, PDF & Email

Mai 2024

LE POINT DE VUE DU CIO

Avril a été un très bon mois pour les actions chinoises car elles ont connu un impressionnant rebond, surperformant largement tous les principaux marchés du monde. L’indice MSCI Chine a progressé de 6,4% alors que l’indice MSCI Monde perdait 3,9%. Aux États-Unis, l’indice S&P500 a perdu 4,2%.

Les raisons de cette forte performance sont multiples. La première est l’impact continu de la décision du gouvernement prise en février de fixer un plancher au marché en ordonnant à ce que l’on appelle « l’Equipe nationale » qui rassemble les principaux fonds étatiques d’intervenir activement sur le marché. Cela a déclenché une première hausse, avec l’indice MSCI Chine gagnant 8,5% en février, et des gains supplémentaires en mars. La deuxième phase en avril de cette puissante hausse a été déclenchée avec la publication du taux de croissance du PIB de la Chine pour le premier trimestre, qui a atteint +5,3%, surpassant largement le consensus des économistes Bloomberg qui était de +4,8%. Il est vrai que la forte croissance du PIB a été concentrée sur le début de l’année alors que des indicateurs macroéconomiques clés tels que les ventes au détail et la production industrielle ont montré une tendance à la baisse en mars par rapport à une tendance à la hausse en janvier et février. Au risque de répéter ce que nous avons discuté le mois dernier, il est important de souligner une fois de plus les très fortes exportations de biens chinois vers d’autres marchés émergents, notamment l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie du Sud-Est. Par exemple, les exportations chinoises vers l’Asie du Sud-Est ont doublé au cours des sept dernières années pour atteindre environ 45 milliards de dollars par mois, tandis que les exportations vers les États-Unis sont maintenant revenues au niveau de 2017, à 40 milliards de dollars par mois.

Puis sont venus les résultats du premier trimestre des sociétés cotées sur le marché domestique des actions A qui dans l’ensemble étaient bons, y compris pour les sociétés que nous détenons dans nos portefeuilles. Surtout, les perspectives pour le reste de l’année sont positives car les prix des matières premières ont baissé pour nombre d’entre elles et que les stocks de produits finis ont considérablement diminué.

Un autre catalyseur de la bonne performance du marché a été les directives détaillées fournies par la CSRC, le régulateur chinois des valeurs mobilières, concernant son nouveau mécanisme de radiation du marché. Cela faisait suite à la décision prise par le nouveau président de la CSRC de réduire le nombre d’introductions en bourse afin de diriger la liquidité vers le marché secondaire, comme nous l’avons discuté le mois dernier. Les sociétés qui ne distribuent pas plus de 30% de leurs bénéfices sous forme de dividendes sur une période de trois ans avec un minimum de 50 millions de yuans seront d’abord signalées en ayant leur ticker d’actions affichant un préfixe ST (pour “Traitement spécial”). Si la situation ne s’améliore pas dans les deux ans, elles seront alors automatiquement radiées à moins que leurs dépenses de recherche et développement ne représentent plus de 15% de leur bénéfice d’exploitation. Ce n’était probablement pas une coïncidence de voir de nombreuses entreprises d’État déclarer des dividendes plus élevés lors de l’annonce en avril de leurs résultats 2023, certaines indiquant même qu’elles verseront des dividendes intérimaires pour la première fois cette année. La tendance des régulateurs à mettre l’accent sur une bonne gouvernance d’entreprise a commencé au Japon où elle a eu un véritable impact. Elle a été rapidement suivie par la Corée, et maintenant par la Chine. L’indice Hang Seng China Enterprise, qui compte une grande proportion d’entreprises d’État, a gagné 8% en avril.

Les fonds étrangers ont été des acheteurs nets d’actions chinoises domestiques pendant trois mois consécutifs, selon les statistiques de Stock Connect. Cela ne s’était pas produit depuis mars 2023. Les incertitudes liées à la géopolitique semblent avoir été reléguées au second plan pour les investisseurs institutionnels, leur motivation principale pour acheter des actions chinoises étant probablement le déséquilibre qui existe entre une économie en convalescence et des valorisations très bon marché.

En avril, le président de la Réserve fédérale américaine a reporté la baisse prévue des taux des fonds fédéraux alors que les États-Unis continuent d’enregistrer un niveau élevé d’inflation. Cela a entraîné une nouvelle hausse du dollar par rapport aux autres devises, l’indice du dollar augmentant de 1,9% en avril. Normalement, cela aurait dû contribuer à des performances négatives pour les actions asiatiques, mais cela n’a clairement pas été le cas en Chine, la sous-évaluation du marché l’emportant sur toute autre considération.

Il y a un an, les troubles géopolitiques axés sur la Chine associés à la mauvaise performance des actions chinoises au cours des dernières années ont poussé de nombreux gestionnaires d’actifs à lancer des fonds émergents qui excluent la Chine. À cet égard, nous sommes tombés sur des statistiques intéressantes publiées par UBS : cette nouvelle stratégie n’a jusqu’à présent levé que 14 milliards de dollars, avec des flux mensuels de 0,8 à 1 milliard de dollars, alors que les fonds traditionnels d’actions émergentes qui incluent la Chine gèrent toujours 1300 milliards de dollars d’actifs.

Si l’on s’éloigne de la Chine, la hausse du dollar américain a poussé la Banque centrale d’Indonésie à relever son taux directeur de 25 points de base à 6,25%, son plus haut niveau jamais atteint. Cela fait suite à la trajectoire de dépréciation de la roupie indonésienne qui est à un poil près de son niveau le plus bas jamais atteint au début de la pandémie de Covid. L’exposition de l’Indonésie à la dette libellée en dollars américains est la plus élevée en Asie.

Enfin, nous avons vu une bonne croissance provenir de la Corée, le PIB ayant augmenté de 1,3% en glissement trimestriel au premier trimestre, plus du double de ce que prévoyaient les économistes. Au cours des douze derniers mois, l’économie coréenne a progressé de 3,4%, portée par des exportations solides qui ont augmenté de 8,3% en glissement annuel, semi-conducteurs en tête. Les résultats du premier trimestre annoncés par le géant des puces mémoire SK Hynix étaient très solides, avec une croissance des revenus de 144% en glissement annuel, tandis que la direction a fourni au marché des perspectives pour les trimestres à venir tout autant prometteuses. Une perspective également très positive a été donnée au marché par le géant taïwanais des semi-conducteurs TSMC avec une croissance des revenus de 16,5% en glissement annuel enregistrée au premier trimestre et des attentes de croissance de 30% en glissement annuel pour le deuxième trimestre. Comme l’année dernière, l’indice TAIEX de Taïwan est l’indice le plus performant d’Asie, en hausse de 13,8% au cours des quatre premiers mois de 2024. TSMC est en hausse de 33%.

COMMENTAIRE DU GERANT

                                                                                                                                                   Source : Bloomberg, JKC – May 2024

Avril a été un bon mois à bien des égards. Les rapports du premier trimestre publiés par les sociétés chinoises cotées en actions A, taïwanaises, indonésiennes, coréennes et indiennes étaient largement positifs. En se concentrant plus spécifiquement sur le marché chinois des actions A, nous avons observé une forte croissance des revenus et des bénéfices dans de nombreux secteurs, notamment les matériaux, l’industrie et les biens d’équipement. Les investisseurs qui étaient si désespérés à propos de la Chine au point d’avoir réduit leur exposition en janvier doivent maintenant le regretter amèrement. Le sentiment des affaires sur le terrain n’était pas aussi désastreux que certains médias occidentaux avaient tendance à le dépeindre en début d’année.

D’autres bonnes nouvelles sont venues du gouvernement chinois. Plusieurs hôtes de marque américains sont venus en Chine ce mois-ci, en commençant par la secrétaire au Trésor Janet Yellen (pour la deuxième fois en dix mois) qui a passé six jours à Pékin, buvant des bières et visitant la Cité interdite, suivie par le secrétaire d’État Antony Blinken qui a passé trois jours et a trouvé le temps d’acheter un album d’une star du rock chinoise dans un magasin de disques de Pékin, lui-même rapidement suivi par Elon Musk qui venait d’annuler un voyage en Inde où il était censé rencontrer M. Modi et a plutôt décidé de voler vers Pékin pour rencontrer le Premier ministre Li Qiang afin de faire approuver les fonctions d’auto-pilotage de ses voitures Tesla par les régulateurs chinois.

L’autre initiative du gouvernement chinois (ou tout du moins ce que le marché attend très prochainement) concerne les mesures à prendre pour s’attaquer aux invendus de logements récemment construits. Depuis douze mois, le gouvernement chinois est critiqué de toute part pour ne pas avoir fait assez pour réduire l’impact des déboires du secteur immobilier sur l’économie en offrant des solutions pour réduire les énormes stocks accumulés dans les villes de deuxième et troisième rang. À la veille de la fête du Travail du 1er mai, le Politburo a proposé de “mener des recherches coordonnées sur l’absorption des stocks de logements”. C’était la première fois que le gouvernement chinois admettait officiellement qu’il y avait un problème avec les stocks invendus d’appartements. Nous sommes impatients de découvrir quelles actions seront finalement prises pour rétablir l’équilibre entre l’offre et la demande sur le marché du logement. Et nous n’insisterons jamais assez sur l’impact que le marché immobilier a sur l’économie chinoise dans son ensemble.

PORTEFEUILLE CHINE

La valeur nette d’inventaire par action de La Française JKC China Equity a augmenté de 6.1% en avril, alors que l’indice MSCI China gagnait 6.4%.

La position de trésorerie du fonds s’élevait à 4.6% à la fin du mois.

Rianlon et Fuyao Glass ont été les plus grands contributeurs à la performance, augmentant respectivement de 31% et 15%. Shanghai Bochu a également contribué en augmentant de 17%. En revanche, Nari a baissé de 3,5%, Yum China de 4,4% et Shenzhen Transsion de 14%, impactant négativement notre performance relative. En termes de transactions, nous avons pris des bénéfices sur Zijin Mining et JCHX Mining. Nous avons ajouté à Shenzhen Transsion et Jiangzhong Pharmaceutical.

PORTEFEUILLE ASIE

La valeur nette d’inventaire par action de La Française JKC Asia Equity a augmenté de 2.2% en avril, tandis que l’indice MSCI Asia ex-Japan gagnait 1.1%.

La position de trésorerie du fonds s’élevait à 4.9% à la fin du mois.

Zijin Mining qui a augmenté de 11%, Fuyao qui a augmenté de 15%, et SITC International qui a augmenté de 23% ont été les plus grands contributeurs à la performance. En revanche, Park Systems, Yum China et Voltronic Power ont été les principaux détracteurs, enregistrant des baisses respectives de 13%, 4,5% et 7%. En ce qui concerne les transactions, nous avons pris des bénéfices sur Zijin Mining. Nous avons ajouté à China Resources Beer, Xinyi Glass et à Shenzhou International.

NOS INITIATIVES DU MOIS EN MATIERE D’ISR

Suite à la consultation sur la divulgation des critères ESG publiée juste avant le Nouvel An chinois en février, les trois bourses de valeurs de Chine ont publié la version finalisée de la réglementation en avril. Comparée au projet initial, la version finale a ajouté certains sujets de divulgation avec des caractéristiques locales et a amélioré la clarté pour offrir de meilleures orientations aux entités déclarantes. Par exemple, elle définit davantage la matérialité financière comme ayant un “impact significatif sur le modèle économique de l’entreprise, les opérations commerciales, la stratégie de développement, la situation financière, l’état des opérations, les flux de trésorerie, les méthodes de refinancement et les coûts à court, moyen et long terme”. Avec une date d’entrée en vigueur fixée à mai 2024, on prévoit que les principales sociétés cotées sous forme d’actions A commenceront à fournir des données ESG de meilleure qualité à partir de 2025.

Parallèlement, la Bourse de Hong Kong a mis à jour sa règle de divulgation liée au climat en se basant sur les commentaires et les résultats d’une consultation publiée précédemment. Notamment, suivant la norme IFRS S2, de nombreux points de données liés au climat ont été ambitieusement révisés pour être devenus une “divulgation obligatoire” et non plus le simple besoin d’être en conformité ou alors d’expliquer ce qui empêche de l’être comme c’était le cas dans la version précédente. Prévue pour entrer en vigueur en janvier 2025, la nouvelle réglementation comprend également des exemptions de mise en œuvre, telles que des mesures proportionnelles et échelonnées, pour répondre aux défis potentiels auxquels certaines sociétés pourraient être confrontés en matière d’exigences de divulgation.

Pendant ce temps, les développements au sein de l’Union européenne (UE) suivent une trajectoire différente. À la suite d’une réduction significative de la Directive sur la diligence raisonnable en matière de durabilité des entreprises (CSDDD) dont nous avons discuté le mois dernier, le Conseil européen a annoncé fin avril l’approbation d’une directive reportant l’adoption de normes obligeant les entreprises à des divulgations spécifiques à leur secteur en matière de durabilité, ainsi que donnant un sursis aux entreprises non-européennes dans le cadre de la Directive sur le reporting de durabilité des entreprises (CSRD). Selon la nouvelle directive adoptée, la date limite pour que les entreprises non-européennes adoptent la nouvelle réglementation est dorénavant reportée à fin juin 2026, tandis que la date limite pour la divulgation spécifique à leurs secteurs sera également reportée de deux ans.

The information contained herein is issued by JK Capital Management Limited. To the best of its  knowledge and belief, JK Capital Management Limited considers the information contained herein is accurate as at the date of publication. However, no warranty is given on the accuracy, adequacy or completeness of the information. Neither JK Capital Management Limited, nor its affiliates, directors and employees assumes any liabilities (including any third party liability) in respect of any errors or omissions on this report. Under no circumstances should this information or any part of it be copied, reproduced or redistributed.

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from - Youtube
Vimeo
Consent to display content from - Vimeo
Google Maps
Consent to display content from - Google
Spotify
Consent to display content from - Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from - Sound
 
Print Friendly, PDF & Email

DISCLAIMER

  • JK Capital Management Limited maintains this web site as a service to its customers. By using this web site, you agree to the following terms of use, which JK Capital Management Limited may unilaterally change at any time.
  • JK Capital Management Limited is authorized and regulated by the Hong Kong Securities and Futures Commission (“SFC”). However, the funds described in this web site are not authorized by the SFC and therefore are not available to the public in Hong Kong.
  • The information on this web site has not been reviewed by the SFC or any regulatory authority in Hong Kong. By law, the web site you are about to access is strictly restricted in Hong Kong to “professional investors”. Only “professional investors” are eligible to access the information herein. As defined in the Securities and Futures Ordinance (Cap 571, Laws of Hong Kong) and its subsidiary legislation, which may change from time to time, “professional investors” include the following:
    • Exchange companies and other automated trading facilities;
    • Licensed financial intermediaries, their wholly owned subsidiaries and holding companies;
    • Licensed banks, their wholly owned subsidiaries and holding companies;
    • Licensed insurers;
    • Authorised retail funds;
    • Hong Kong mandatory provident fund schemes or a trustee or an investment manager of any such scheme;
    • Any government of central banking authority;
    • An individual with a portfolio of investments valued at a minimum of HK$8m;
    • An investment holding company wholly owned by an individual referred to in preceding category
    • A trust corporation with total assets of at least HK$40m; and
    • A corporation or partnership having a portfolio valued at least HK$8m or total assets of at least HK$40m.
  • Information in the web site neither constitute an offer or public offering to anyone, nor a solicitation by anyone, to subscribe for shares of any funds. Nothing in the web site should be construed as advice and is therefore not a recommendation to buy, sell or hold shares, fund units or any other investment securities.
  • All copyright, patent, intellectual and other property rights in the information contained herein is owned by JK Capital Management Limited. No rights of any kind are licensed or assigned or shall otherwise be passed to persons accessing such information.
  • This web site contains links to other web sites. JK Capital Management Limited is not responsible for the availability of these outside resources or the accuracy of their contents. JK Capital Management Limited neither endorses, nor is it responsible for any of the contents, advertising products or other materials that may appear on those web sites.
  • Investment involves risk. Historical results do not necessarily indicate future performance.